AccueilAccueil  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERME.
les admins étant surchargés, nous avons du fermé ce forum. si vous nous aimez encore, rdv ici ♥️

Partagez | 
 

 Always in trouble.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité




MessageSujet: Always in trouble.   Sam 13 Aoû - 23:48

    - Vous êtes surement la plus charmante.. Prostituée à qui j'ai le plaisir de parler ce soir
    - Prostituée !? Non mais vous me prenez pour qui. Enfoiré !

    Une main ouverte, un mouvement de bras tendu. Assemblez les deux et vous obtenez la gifle que Gabriel recevait en ce moment même. Cette demoiselle au look de péripatéticienne s'en allait sur ses talons léopards en déhanchant ses deux gros ballons, son gros cul de blondasse que seul un ivrogne pouvait oser mettre la main dessus. Gab' souriait, elle marchait la tête haute naïvement. Pensant que chaque homme croisant son chemin pensaient au mot respect. Bien évidemment la première pensée de ces hommes était un mot. « Salope ». Gabriel se trouvant au bar sur un des nombreux tabourets s'en retourna et commanda ce qu'il buvait depuis déjà plus d'une heure. Un whisky pure. La bar man, Stacy acquiesça et s'en alla verser l'alcool dans un nouveau verre. Stacy, malgré son travail était surement la femme la plus respectable de ce pub. Employée depuis seulement 2 mois, cette petite brune au petits seins pointant vers l'avant au travers de son t-shirt avait déjà refusée par de cela plusieurs fois les avances de Gabriel.

    Ce soir, comme beaucoup de soirs il était seul à noyer sa misère dans l'alcool. Ces soirées à répétitions ou il buvait à ne plus pouvoir aligner une syllabe et ou il finissait par baiser la première pucelle alcoolisée du coin. A force de venir ici il avait fini par apprendre les péripétie de chacun. À sa droite se trouvait Héctor, un ancien militaire qui venait de rentrer de mission après avoir reçu la nouvelle de la mort de sa femme. La pauvre femme enceinte de 4 mois avait mis fin à ses jours croyant qu'elle portait un ovnis à l'intérieure de son utérus. Charmante mais complétement pétée du cerveau. Plus loin assise seule à une table il y avait Miranda. Depuis qu'elle s'était faite violée ce 11 novembre 2009 cette jeune femme cherchait à se venger en couchant avec des hommes mariés et ainsi briser leur couple. John au bout du bar était surnommé l'alcoolique à cause des litres de bière qu'il s'enfilait chaque jour. Cet homme âgé d'une 50ène d'année buvait pour oublier sa solitude. Sa femme s'était barrée du jour au lendemain avec les gosses parce qu'il s'était tapé la ménagère. Avant de finir ici, ces personnes étaient tout à fait respectables et vivait des vies paisibles. Gabriel était ici pour se dire que finalement sa vie n'était pas si misérable comparée à eux. Stacy arriva avec le whisky commandé et Gabriel la remercia. Il se leva et s'exclama.

    - A votre bonheur très chers compagnons de beuverie ! Puis dit par la même occasion
    - Et à toi Stacy, ma merveilleuse et chaste serveuse.

    Il fronça ses sourcils, ouvrants ainsi ses yeux bleus à la lumière du bar et força un sourire de coin exquis. Cette méthode de drague ou plutôt anti-drague atteint la serveuse, bar-man, timide qui ne sut ou se mettre. Lorsque Gabriel se trouvait la, devant elle. Stacy priait pour trouver un endroit ou plus jamais il ne serait capable de la retrouver. Seulement, à force d'écouter les frasques infantiles du jeune homme celle-ci commençait à lui trouver un petit quelque chose. Et ça, Gabriel l'avait bien comprit et ne se privait pas pour la mettre mal à l'aise jusqu'au jour ou elle finirait dans son lit. Derrière lui, un bruit de verre cassé fit son apparition entre deux musiques. Il se retourna et aperçu ce qui semblait être le début d'une bagarre entre deux hommes d'une 20ène d'année. Tête brulée et saoul, il n'en fallait pas moins pour que le jeune mannequin s'en mêle. Il se leva de son tabouret et s'approcha des deux hommes. « Hey les crétins » dit il. D'un ton non amicale un des deux lui répondit qu'il devait se mêler de ses oignons en ajoutant le mot mec à la fin de sa phrase. « Sérieusement ? » continua Gabriel. Contrairement à la la pouffiasse au gros cul ce n'est pas une gifle que Gabriel lui collait en pleine figure. Prenant soin de viser le nez l'homme ivre tomba au sol. Gab' retint alors le deuxième homme et le fit tourner talons en pointant la sortie du bar. Le premier homme qui s'était relever ne manqua pas notre jeune mannequin et avant qu'une autre personne ne l'arrête c'est Gabriel qui saignait du nez. Le fauteur de troubles fut dégagé à coup de baffes dans la gueule et notre jeune au nom d'ange se rassit au bar commandant cette fois ci de quoi s'essuyer.

Revenir en haut Aller en bas

ϟ BLABLA : 347
ϟ GROUPE : feels like rain.
ϟ DATE D'INSCRIPTION : 27/07/2011
ϟ PERSONNAGE : PI
ϟ COPYRIGHT : © avatar
ϟ AVATAR : Mathias Lauridsen
ϟ MUSIC : switchfoot ; you


MessageSujet: Re: Always in trouble.   Dim 14 Aoû - 14:18


« always in trouble »












Zadig ne s’était pas levé de bon poil. Il avait, comme toujours cette envie de fuir le monde qui l’entourait. Tous ses gens l’oppressaient, et il ne supportait désormais plus la race humaine. Il en était devenu allergique. Le jeune anglais posa un pied au sol, en dehors de son lit. Il venait juste de se réveiller, et même s’il était dix-huit heures, pour lui, c’était le matin et personne ne devait lui adresser la parole après son réveil, c’était la règle. Seulement la nouvelle servante de Zadig ne semblait pas encore l’avoir compris. Celle-ci ouvrit sa porte de chambre, et se précipita sur la fenêtre pour ouvrir les rideaux. « Bonsoir monsieur Lestwood, bien dormi ? ». Zadig regarda la femme comme si elle venait de le tuer. Elle se prenait pour qui, cette connasse ? Entrer dans sa chambre, c’était déjà interdit, mais si en plus de ça, elle se permettait de lui adresser la parole, alors rien n’allait définitivement plus. « Ta gueule, sors de ma chambre poufiasse. » Aussitôt dit, aussitôt fait. La femme s’exécuta, sans vraiment comprendre ce qui venait de lui arriver. Il est clair que cette façon de parler pouvait paraître assez.. violente, mais Zadig ne savait pas communiquer autrement que par des vulgarités. Après avoir émergé de sa nuit plutôt mouvementée pendant une bonne demi-heure, Zadig se décida à bouger. Il devait sortir, se changer les idées dans un lieu où il ne trouverait pas sa mère, son père, ou pire, leur débile de servante. Zadig enfila un pantalon, ainsi qu’un pull, et sortit par sa fenêtre, située au premier étage de la luxueuse baraque de son père. Après tout, sortir par une porte, c’était bien trop commun.

Zadig venait tout juste de sortir de sa nuit d’ivresse et de drogue, mais il force était de constater qu’il n’en avait pas encore assez. Il se dirigea vers l’un des pubs de la capitale Londonienne, le Princess Victoria, situé dans le quartier le moins fréquentable de la ville. Il fuyait par-dessus tout le luxe et l’argent, et il fallait bien avouer que Brixton était un quartier parfait pour ça. Drogue, insalubrité, tout était réuni pour faire oublier à Zadig le monde d’où il venait. Il s’installa donc à une table discrète située dans un coin du pub. Là, au moins, personne ne viendrait l’emmerder. Il commanda une vodka pure. Son père lui avait toujours dit qu’il avait des origines russes, et c’est sûrement pour ça qu’il était aussi dépendant de cette boisson. Il enfila son verre cul sec, en commanda un autre, et encore un autre. Il ne comptait même plus les verres, de toute façon, il n’avait jamais pour habitude de le faire. Dans son coin, Zadig contemplait tout ce qu’il détestait chez les humains. Un mec, affalé sur le bar, tentait désespérément de draguer la serveuse. Il la matait sans arrêt, ce qui avait le don de l’exaspérer. Des blaireaux, il en avait déjà vu, mais des comme celui-là, rarement. « Hey, Zadig, t’as pas un petit truc pour moi ce soir ? » Le jeune homme leva la tête d’un air nonchalant, et arqua un sourcil. Non, ce soir, il n’avait malheureusement rien sur lui, et s’il en avait eu, il ne lui aurait certainement pas passé. Le garçon commença à s’installer à la table de Zadig, ce qui l’énerva directement « Va te faire foutre Ezri, j’ai rien. » Ezri, c’était un petit délinquant des bas quartiers de Brixton, avec qui Zadig avait eu affaire, il y a quelques mois de cela. Il partait au quart de tour, et ça tombait bien, puisque Zadig était du même genre. « T’as dit quoi là ? » « J’t’ai dit d’aller te faire foutre, j’suis pas d’humeur à écouter tes gamineries. » Ezri était peut-être un petit délinquant, mais il avait pas mal de muscle, et ça, Zadig venait de le comprendre. Il s’était reçu un coup de poing dans la joue gauche, et il le lui retourna, avec toute la force dont il disposait. Tout le monde dans le café les regardait, et ça, Zadig ne le supportait pas. Il s’apprêtait à frapper une nouvelle fois Ezri, lorsqu’un le blaireau du bar cru utile de s’interposer. « Hey les crétins. » Zadig tourna la tête. Qu’est ce qu’il venait faire la dedans, celui-là ? « Mêle-toi de tes affaires, mec. » Zadig ne le lâchait pas du regard. Il n’avait rien à faire là, mais visiblement, il ne semblait pas l’avoir bien compris. « Sérieusement ? » Et boum, Zadig venait de se prendre un poing dans la gueule. Il ne sentait pas trop la douleur, l’alcool jouant l’effet d’anesthésiant, mais fut projeté au sol. Ezri trouva rapidement le chemin de la sortie, et se dépêcha de courir pour ne pas avoir d’ennuis. Il se prenait pour qui, ce connard ? Zadig se releva, et riposta en lui rendant son coup de poing. Il cherchait la merde, alors il allait la trouver. Seulement le responsable du pub un gros baraqué d’une cinquantaine d’années pris Zadig par le bras, et l’entraina à la sortie. Visiblement, il n’était pas le bienvenue. L’autre s’était rassis au bar, et semblait commander quelque chose. Zadig, un peu éméché par l’alcool, ne comptait pas en rester là. Il se présenta à l’entrée du bar, devant l’immense vitre qui servait de mur au pub, et s’adressa au type assis sur le bar. « Hey, connard ! On en n’a pas fini toi et moi ! Allez, viens t’battre ! Viens si t’es un homme ! » Son regard le défiait de sortir le rejoindre. Le regard des autres, maintenant que l’alcool était passé par là, il n’en avait plus rien à foutre. Foutu pour foutu, il avait envie de frapper, et ce mec semblait parfait pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Always in trouble.   Mar 30 Aoû - 0:55

- Pourquoi il faut toujours que tu te mêle de ce qui ne te regarde pas.
-- La vie est misérable, l'ennuie. J'aime me mêler de ce qui ne me regarde pas.
- Tu es pathétique, regarde toi. Tu es pleins de sang.
-- Wouh, cette soirée pourrait-elle enfin finir chez moi ? Ou chez toi peut être ?
- Tiens, essuie ce sang avec ce torchon.

Gabriel sourit, il ne perdait pas le sens de ses priorités. Il attrapa le torchon encore blanc de propreté et le serra contre son nez qui n'arrêtait de saigner. Malgré le boucan qu'il y avait dans ce pub, on entendait le jeune voyou taper contre les fenêtres. Gab' se retourna tout en tenant son torchon et l'aperçu criant à travers les carreaux. Soudain, des images du passé surgir et Gabriel se trouva dans la lune. Ces pensées l'emmenèrent durant son enfance. Il se trouvait chez lui et Raphael son meilleur ami hurlait a travers la baie vitrée. Peu avant les deux enfants s'étaient battus afin de savoir qui était le plus intelligent. Après avoir poussé Raphael dans l'herbe, Gabriel rentra à l'intérieur et ferma la porte à clé. Son ami se retrouva enfermé à l'extérieur et prit de rage hurla jusqu'à ce que leur parents viennent aider. C'était 2 mois avant que Raphael soit percuté par une voiture et qu'il ne meurt sur le coup. Gabriel revint à lui puis se retourna vers Stacy. Il commanda un whisky puis se retourna à nouveau vers le jeune exclu. Il regarda le siège vide à coté de lui et tout en le tapotant il fit signe au jeune de venir s'asseoir à coté de lui.

Le whisky que venait de commander Gabriel était pour sa nouvelle connaissance. Ce soir, il ne voulait pas boire seul. Et la compagnie d'un bad boy n'était pas de trop. Peut être allaient-ils même finir saoul, partir en bad trip et ne plus se rappeler de cette soirée. En le voyant hurler comme un fou furieux, Gabriel se disait qu'il devait avoir le sang chaud et que rien ne l'impressionnait. Folle jeunesse. « Stacy ? Crois tu qu'il sera enclin à faire la fête ? » Gabriel fronça les sourcils, sourire de coin. Ses yeux en disaient long sur ce qu'il voulait faire. « Avec toi ? ». Pourquoi posait-elle cette question ? Était-elle bête ? Gabriel roula les yeux et affirma.


-- Avec qui d'autre ?
- Évite de lui attirer des ennuis.
-- Ce n'est pas mon genre. Allons, ais-je déjà attiré des ennuis ?
- Ne m'oblige pas à répondre.
-- Accorde lui le droit d'entrer.

Stacy soupira longuement et regarda vers la fenêtre. « D'accord.. ». Elle enleva ce qui lui servait de tablier et sortie de derrière son bar. Gabriel la remercia en chuchotant un petit merci facilement lisible sur ces lèvres. Et se retourna vers le comptoir afin d'attraper son verre. Ceci étant fait, il bu une gorgé et attendit que son interlocuteur daigne prendre place à ses cotés.

-- Que dirais-tu te t'asseoir et de boire ce verre gentiment offert ? Prend ça comme un pardon officiel de ma part. Je n'en accorde pas beaucoup, mais ! je n'aurais pas du me mêler de tes affaires.

Revenir en haut Aller en bas

ϟ BLABLA : 347
ϟ GROUPE : feels like rain.
ϟ DATE D'INSCRIPTION : 27/07/2011
ϟ PERSONNAGE : PI
ϟ COPYRIGHT : © avatar
ϟ AVATAR : Mathias Lauridsen
ϟ MUSIC : switchfoot ; you


MessageSujet: Re: Always in trouble.   Jeu 1 Sep - 12:22


« always in trouble »












Déjà plus vraiment mettre de son corps, Zadig ne se rendait pas compte qu’il était littéralement en train de hurler en pleine rue. Il tapait comme un malade sur les baies vitrées du bar, mais rien ne semblait toucher l’homme qui avait précédemment frappé Zadig, puisqu’il préférait l’ignorer. En temps normal, Zadig n’aurait pas prêté attention à ce genre de type. Il préférait d’avantage adresser la parole à des personnes qui en valaient la peine, du moins, de son point de vue. Zadig, après s’être acharné sur ces pauvres vitres qui n’avaient rien demandé à personne, se calma quelque peu. Il reprit son souffle, mais fixait toujours avec la même rage l’homme qu’il avait en face de lui. Pour qui il se prenait ce con, à s’immiscer dans des problèmes qui ne le regardaient pas ? Le Londonien observa l’homme en question adresser la parole à la serveuse du Princess Victoria. Il n’avait jamais vu une mauviette pareille ! Toujours à l’extérieur du bar, Zadig observa la scène qui se jouait devant lui. La serveuse ôta son tablier, quitta le bar tout en se dirigeant vers la porte. Zadig la regardait, intrigué par ce qu’elle avait visiblement à lui dire. Elle ouvrit les portes du bar, puis parla d’une voix douce et posée. « Le type assis là-bas voudrait que tu te joignes à lui. » Zadig haussa un sourcil. « Hein ? » C’était quoi encore, ce plan foireux à deux balles ? Il l’insultait, et lui, tout ce qu’il trouvait à lui dire, c’était de l’inviter à boire un verre avec lui. Il avait vu la vierge ou bien ? « Il veut boire un verre avec toi. Et je serais à ta place, je ne refuserai pas. » Sans trop savoir pourquoi, ni comment, ce mec avait le don de l’intrigué. Il n’était pas comme tout le monde, et finalement, ce genre de marginalité plaisait plutôt bien à Zadig. Il ne l’aimait déjà pas, et peut-être était-ce parce qu’au fond, ils se ressemblaient un peu. Zadig, tout comme lui, était différent de ce genre de personne qu’on peut croiser dans les rues de Londres. Il suivit finalement la serveuse, et rentra dans le bar, un peu malgré lui. Il n’avait jamais laissé quelqu’un lui dire ce qu’il devait faire, mais là, c’était un peu différent. Il avait envie de connaître le fond du mec qu’il avait devant lui, il avait envie de se divertir.

« Que dirais-tu te t'asseoir et de boire ce verre gentiment offert ? Prend ça comme un pardon officiel de ma part. Je n'en accorde pas beaucoup, mais ! Je n'aurais pas dû me mêler de tes affaires. » Zadig le fixa, toujours un peu perplexe quant à ses intentions. Il finit par prendre place à côté de lui, lui offrant un sourire d’un naturel forcé. Non, il n’avait pas envie de faire d’effort, et en plus de ça, il commençait à sentir la douleur dans sa joue. Il ne méritait rien pour attendre. « Zadig. Pas vraiment enchanté, mais bon. » Dit-il, tout en lui offrant une poigné de main. Il saisit le verre qui se trouvait devant lui, et le but cul sec. Oui, il avait soif. Il fit un signe à la serveuse, et lui ordonna de servir deux autres verres. « Et cette fois, c’est moi qui offre. » Zadig devait être dans ce bar depuis environ une heure, et avec le nombre de verre qu’il avait avalé, il n’était plus vraiment enclin à distinguer le vrai du faux, le bien du mal. « Avant de boire ce deuxième verre, j’ai une… question à te poser ! Que fait, un beauf comme toi, tout seul à ce bar, entrain de noyer sa solitude ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Always in trouble.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Always in trouble.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: The city is at war :: souvenirs de la première version :: sujets rps-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com